Aller au contenu principal

13 juillet 2021 Dix ans à parler de coton

Nous avons rencontré la famille Siéza, un cultivateur de coton du village de Karaba (Burkina Faso), pour la première fois en mars 2011. Ce fut le début d’une collaboration qui dure depuis dix ans à ce jour et qui a abouti au moins au blog Connected by Cotton (2016), à des ateliers avec des lycéens et des étudiants universitaires (2017-2018), à une représentation de théâtre documentaire au Théâtre national de Finlande (2019), à du matériel pédagogique destiné aux écoles primaires et secondaires et à une thèse de doctorat en cours. 

Dambo Siéza relate son vécu en tant que cultivateur de coton en juillet 2016.

Entre mars 2011 et juillet 2021, l’équipe de Connected by Cotton s’est rendue à Karaba à neuf reprises. Les hommes de la famille Siéza et Madame Gninibatoyi Naba nous ont montré comment le coton est cultivé et nous ont parlé des défis liés à leur travail. Selon les cultivateurs, les problèmes auxquels ils sont confrontés dans leur activité n’ont pas beaucoup changé en l’espace de dix ans. Le coût des engrais et des pesticides nécessaires à la culture du coton est toujours trop élevé par rapport à son prix au kilo. Il est donc difficile de gagner de quoi vivre et impossible en pratique de réunir les capitaux nécessaires pour acheter des machines et des équipements qui faciliteraient la culture. En raison du manque de capitaux, les travaux dans les champs sont effectués en grande partie manuellement, avec une houe ou une charrue tirée par des bœufs. Depuis dix ans que nous connaissons la famille Siéza, les hommes nous ont d’ailleurs souvent dit que si la communauté des cultivateurs avait accès à son propre tracteur, cela réduirait la quantité de travail physiquement et mentalement exigeant, augmenterait la productivité du travail et leur permettrait de mieux gagner leur vie. 

Démonstration du travail par Lonkou Siéza en mars 2014. Les branches sèches des cotonniers sont coupées et brûlées avant le début de la saison agricole suivante.

En Finlande, Connected by Cotton s’est efforcé de promouvoir le débat sur la production et la consommation de coton. À l’automne 2017, nous avons mis en œuvre un ensemble d’ateliers en coopération avec le lycée de Tapiola. Les élèves se sont familiarisés avec le travail des producteurs de coton du village de Karaba et les contraintes de leur activité grâce au blog Connected by Cotton. Lorsque les ateliers ont pris fin, les jeunes ont écrit des lettres aux producteurs de coton du village de Karaba, dans lesquelles ils ont partagé les réflexions que leur ont inspiré les discours des agriculteurs. Vous pouvez les lire dans la section « Lettres à Karaba » de ce blog. Connected by Cotton est également présent dans le matériel pédagogique traitant du commerce mondial de l’École mondiale de l’Institut pour l’éducation à la paix (RKI) et dans la section consacrée à la consommation responsable des supports d’enseignement « Journées thématiques de l’Agenda 2030 » de l’Institut pour l’éducation à la paix et du ministère finlandais des Affaires étrangères.

Le spectacle de théâtre documentaire « 100 % COTTON – sur la peau et au loin » a été présenté en première au Théâtre national de Finlande en mai 2019. Pendant les représentations, les cultivateurs de coton du village de Karaba Gninibatoyi Naba, Nikiegni Siéza et Dambo Siéza se sont adressés aux consommateurs finlandais de coton par le biais d’enregistrements vidéo. Après chacune des dix représentations, le public a eu la possibilité de rester discuter des idées soulevées par le spectacle. Riikka Kunelius, chercheuse en doctorat et membre de l’équipe Connected by Cotton, analyse actuellement les discussions qui ont suivi les représentations et étudie la manière dont les consommateurs finlandais de coton perçoivent leur relation avec les personnes travaillant dans la production de coton et leur propre rôle dans les réseaux mondiaux de production et de consommation du coton.

« 100 % Cotton – sur la peau et au loin », joué au Théâtre national de Finlande en mai 2019. Acteurs : Elisa Salo et Diana Tenkorang. Conception visuelle : Katja Muttilainen. Photos : Mikael Ahlfors. Conception sonore : Nicolas « Leissi » Rehn. Mise en scène et scénario : Riikka Kunelius.

En juin 2021, Charles Ouassikoné, membre de l’équipe Connected by Cotton, s’est rendu à Karaba après une pause de deux ans. Nikiegni Siéza, Gninibatoyi Naba, Lombo Siéza et Lonkou Siéza ont informé Charles de la situation actuelle à Karaba. Le désir d’un tracteur, d’une motopompe et d’autres équipements facilitant le travail de la communauté des cultivateurs revient avec insistance dans leurs discours. Ces interventions seront publiées prochainement sur le blog Connected by Cotton.

Texte : Riikka Kunelius

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :