22.12.2017 Espoo, Suomi (Finlande): Lettres à Karaba // Kirjeitä Karabaan (2/6) Kata Raatikainen, Aino Salonen & Nelli Vasse

IMG-20180104-WA0000

(suomenkielinen teksti ranskankielisen alapuolella)

 » Salut cultivateurs de Karaba!

Nous participons actuellement à un cours sur les pays en voie de développement, dont l’objectif est d’élargir notre compréhension de la production et du cycle de vie du coton. Nous sommes allées à ce cours avec l’esprit ouvert. Nous voulons apprendre plus sur les cultivateurs de coton, et comment est leur vie quotidienne à travers le blog Connected by Cotton.

Nous n’avions pas jusqu’à maintenant spéculé sur notre lien avec le coton, bien que le coton soit visible de manière continue dans notre vie quotidienne. Nous nous réveillons les matins dans des draps de lits en coton, nous nous séchons le corps après notre bain avec des serviettes en coton, après quoi nous nous vêtons de vêtements qui sont faits presqu’entièrement de coton. Seulement une demi heure s’est écoulé depuis le début de notre matinée, et pourtant nous avons utilisé le coton sous ses différentes formes.

Nous ne nous étions pas jusque là posé la question sur la provenance réelle du coton, et sur ceux qui ont travaillé à sa production. Ce que nous avons entendu sur le coton et sur sa production, (nous nous intéressons particulièrement aux propos de Gninibatoyi Naba) a éveillé en nous diverses pensées, allant même jusqu’à la controverse. En tant que consommatrices de coton, ce qui nous donne à penser le plus est: comment pouvons nous , à travers notre mode de consommation, aider les cultivateurs de coton de Karaba et les personnes qui font le même travail, si nous en avons la possibilité. En achetant le coton, nous soutenons des compagnies de monopoles pareils à la Sofitex, mais si nous décidons aussi de ne pas acheter le coton, le salaire des cultivateurs de coton baisserait vraisemblablement davantage. Comment donc les consommateurs peuvent participer à l’amélioration des revenus des cultivateurs de coton, par exemple à partir de la Finlande?

Intéressées par la culture, nous nous questionnons beaucoup aussi sur les valeurs qui sont celles des Burkinabès. Nous avons noté quel puissant moral du travail il y’a dans les familles surtout. Nous souhaitions cependant approfondir notre compréhension sur ce sujet et avoir plus d’information par exemple sur les différences des travaux faits par les femmes, les hommes et les enfants dans la culture du coton.

Un avenir parfait serait sans sociétés à l’image de la Sofitex, le prix d’achat du coton serait meilleur, les engrais et les pesticides seraient moins chers, ce qui permettrait aux cultivateurs de coton d’avoir un salaire proportionnel à leur dur labeur. Si vous aviez toutes les ressources dont vous avez besoin, comment changeriez-vous votre existence et / ou l’avenir de la culture du coton?

Kata Raatikainen, Aino Salonen et Nelli Vasse »

Lire l’interview de Gninibatoyi Naba ici.

 » Hei Karaban kylän viljelijät!

Osallistumme tällä hetkellä kehitysmaa-kurssille, jonka tarkoituksena on laajentaa käsitystämme puuvillan tuotannosta ja elinkaaresta. Lähdimme kurssille avoimin katsein. Haluamme oppia lisää itse puuvillan viljelijöistä Connected by Cotton -blogissa, ja siitä, millaista heidän päivittäinen elämänsä on.

Emme ole aiemmin pohtineet omaa suhdettamme puuvillaan, vaikka se näkyykin jokapäiväisessä elämässämme jatkuvasti; Heräämme aamuisin puuvillalakanoista, peseydyttyämme kuivaamme itsemme puuvillapyyhkeeseen, jonka jälkeen puemme yllemme vaatteet, jotka on valmistettu lähes kokonaan puuvillasta. Aamustamme on kulunut vasta puoli tuntia, ja silti olemme jo käyttäneet puuvillaa sen monissa eri muodoissa. Emme ole aiemmin tulleet ajatelleeksi sitä, mistä puuvilla oikein saa alkunsa, ja ketkä joutuvat työskentelemään sen eteen.

Kuultuamme puuvillasta ja sen viljelystä (erityisesti meitä kiinnosti Gninibatoyi Naban puheenvuoro), heräsi meille monenlaisia, jopa ristiriitaisia, ajatuksia. Meitä kuluttajina askarruttaa eniten se, miten voimme kulutustottumuksillamme auttaa Karaban kylän viljelijöitä ja heidän ammattinsa jakavia ihmisiä, jos voimme. Ostamalla puuvillaa tuemme Sofitexin kaltaisia monopoliyhtiöitä, mutta jos päättäisimme olla ostamatta puuvillaa tulisi viljelijöiden palkka todennäköisesti laskemaan entisestään. Kuinka siis kuluttajat voivat osallistua viljelijöiden tulojen parantamiseen esimerkiksi täältä Suomesta käsin?

Kulttuureista kiinnostuneina meitä askarruttavat suuresti myös burkinalaiset arvot. Olemme saaneet jo selville kuinka voimakas työmoraali etenkin perheissä on. Toiveenamme olisi kuitenkin laajentaa käsitystämme aiheesta ja saada selville enemmän tietoa muun muassa naisten, miesten ja lasten työtehtävien eroista puuvillan viljelyssä.

Täydellisessä tulevaisuudessa Sofitexin kaltaisia yhtiöitä ei olisi, puuvillan hinta olisi korkeampi ja lannoitteet sekä tuholaistorjunta olisi halvempaa, jolloin viljelijät voisivat saada rankasta työstään ansaitsemansa määrän palkkaa. Jos teillä olisi kaikki tarvittavat resurssit, miten muuttaisitte omaa ja/tai puuvillan viljelyn tulevaisuutta?

Kata Raatikainen, Aino Salonen & Nelli Vasse »

Lue Gninibatoyi Naban haastattelu täältä.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s